Friday, August 3

.
.

Michael Dudok de Wit. Father and Daughter, 2000
.

.
Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.
.
Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.
.
Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?


- Ô douleur ! ô douleur ! Le temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cour
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !
.
.
Baudelaire, L'Ennemi

.Maggie Taylor. Sweet Victory

.
.

3 comments:

Zénite said...

Cara Teresamaremar

Quanta dor nos traz o tenebroso Cronos!
Por que não traz ele nas suas mãos uma pomba em vez do gadanho e não se esquece, de uma vez por todas, do relógio de água que encheu na fonte de Clepsidra, onde, em menino, Zeus se banhava?

Belo poema!

ângela marques said...

Aproveitando a deixa de Baudelaire: bizarra viagem pelo mundo da infância.......
Bjs

TRIONFO AL GRAND said...

Maggie Taylor gosto muito!=)